Les confréries de métiers

La SHCB invitait Jean-Luc Dauphin sur le sujet des corporations.

Dans les 6 chapelles (7 avant 1834) de la Collégiale de Brienon (dont « la voussure parait avoir échappé à l’incendie de 1375 » dit Pierre Bridier) étaient placées les statues des saints des diverses confréries: Sainte Anne (pour les tisserands), saint Blaise (pour les drapiers, cardeurs, fileurs), Saint Carteau (pour les bouchers), Saint Crépin (pour les tanneurs et corroyeurs), Saint Eloi (pour les cultivateurs et professions rattachées), Saint Nicolas (pour les mariniers et flotteurs) et Saint Joseph (pour les ouvriers du bâtiment). Par ailleurs le 16 août la messe était en l’honneur de Saint Roch (qui a vécu au XIVè, patron de plusieurs corporations du chirurgien, apothicaire au paveur de rues et protecteur des animaux et des pélerins).  En se référant encore aux « Souvenirs  » de Pierre Bridier, ces confréries étaient représentées aux procession de l’Ascension, de la Fête-Dieu et du 15 août. Certaines possédaient un bâton avec une châsse; aucun ne serait parvenu jusqu’au XXIè siècle!
aff 21 j

conférence le 10 novembre 2017

« De l’Ile d’Elbe à Paris, le vol de l’aigle en Bourgogne

du 13 au 20 mars 1815″

Claude Garino dit 

Le parcours est encore jalonné de plaques ou monuments commémoratifs à Tournus, Autun, Pierre-Ecrite, Saulieu, Avallon et depuis peu à Vermenton et la route peut être parfaitement suivie même sur l’itinéraire historique de l’ancienne route royale par Lucy-le-Bois et la Poste-aux-Alouettes…

Photos à l’appui nous avons suivi ce parcours avec C. Garino

 

Conférence le 3 février 2017

Curiosités et églises de l’Yonne par Pierre Glaizal

Une conférence intéressante, pour faire regarder,

chercher, s’intéresser…

Monsieur Glaizal a apporté une information sur les peintures en trompe l’oeil de la chapelle dite de la Vierge de la collégiale de Brienon

Il avance l’hypothèse que le peintre en serait : Jean Andreazzi

L’époque correspond:

Pierre Bridier écrit que : c’est l’abbé Larbouillat venu de Sergines qui a fait exécuter « des travaux d’embellissement  de la chapelle absidiale…autel sculpté, peintures à fresques, vitraux peints, etc. »

Cet abbé a été nommé à Brienon après juillet 1857.  Il y était encore à Brienon en 1872.

(Toujours selon Pierre Bridier, les premières décorations de la chapelle datant du début du XIXè siècle « aux frais d’une dame Lemaire ». On a pu dire chapelle de madame Lemaire)

conference-3-fevr

Une conférence édifiante

 

Maulnes en Tonnerrois, rêve de pierre de la Renaissance

par Jean-Luc Dauphin.

Maulnes, le château cité en 1576 comme chef d’œuvre dans « Les plus excellents bâtiments de France » par A. du Cerceau est heureusement devenu accessible au public.

Acquis en 1997 par le Conseil Général de l’Yonne, l’étrange bâtisse pentagonale se révèle après 5 ans d’études archéologiques. Des travaux de sauvegarde et de mise en valeur toujours en cours, permettent au visiteur même non averti, d’en sentir tout le mystère.

Monsieur Jean-Luc Dauphin a guidé les spectateurs du Théâtre Perché dans ce domaine, véritable thélème voulu par une brillante intellectuelle de la Renaissance, la duchesse d’Uzès née Louise de Clermont.

Quelle volonté, quel (s) architectes (s) ? Des interrogations demeurent, mais l’envie de voir ou revoir anime tous ceux qui ont eu accès aux photos, aux mots, à l’atmosphère de la causerie.

affiche conf Maulnes