Célébration du centenaire de la Grande guerre

Les différentes  manifestations de cette célébration ont été organisées par la municipalité et un collectif d’associations: la SHCB, la MTB,  l’UNC,  Le Souvenir Français et l’ALTP

 

 21 juin au 21 septembre s’est tenue une exposition organisée dans le cadre des PATRIMOINE[S] ECRIT[S] EN BOURGOGNE soutenue par le CRL

« Regards sur la Grande guerre«  regroupant un choix de livres  de la bibliothèque ancienne

sera ouverte au rez-de-chaussée de l’Espace Pierre LoukiHistoire anecdotiqueL'Illustré National

aux heures d’ouverture de la MTB,

sur rendez-vous aussi

et tous les samedis matins de juillet et août, tous les livres seront accessibles à la consultation.

L’exposition regroupe des livres, journaux et illustrés, presque essentiellement publiés entre 1913 et 1918 (et juste après la guerre);

des mémoires, des récits, des écrits violemment nationalistes, de la propagande et des écrits pacifistes.

La plupart sont des livres « peu vus » . La bibliothèque possède un exemplaire de « l’écho polaire », un journal du front écrit à Mourmansk en 1918. Il informe les poilus de la situation sur les autres fronts. Beaucoup de journaux des tranchées ont été imprimés par les soldats eux-mêmes, artisanalement; ce titre n’est pas répertorié dans la liste.

Le monument

Brienon photo n°1La commande du monument  au statuaire Marius Léon Cladel,

par la commune,  en 1922, a été suivie par Emile Moreau (sources A. C). L’écrivain dramaturge et peintre dessinateur brienonnais, qui avait perdu de son fils Philippe en novembre 1914, a certainement largement influencé le choix et la création de la scène.

Quelques  artistes après la guerre de 1914 ont créé des « mater dolorosa ».

Cette mère éplorée, supporte sur ses genoux, son fils mort ou mourant. Par extension , la mère peut être « mère de la nation » ou « mère de tous »

C’est l’image des femmes de l’après-guerre seules et dignes dans leur souffrance

Cette représentation forte de la douleur est appel à la paix ; elle n’est pas glorification d’un sacrifice. (texte de D.Mouton,interprétation du monument de Brienon sur A- les photos ont été recueillies pour le recensement du centenaire et exposées aux Rencontres d’Arles 2014)

Novembre

Les 1er et 2 novembre  seront affichées à l’entrée du cimetière, les fiches des soldats inscrits au monument aux morts, extraites des fichiers « Mémoires des hommes »

du 8 au 16 novembre 

exposition dans la salle du conseil et l’Espace Pierre Louki: objets d’époque, souvenirs de famille, témoignages écrits

avec la reproduction de cartes  postales d’époque

Image29

ouverte tous les matins de 10h à 12 h

et le 16 toute la journée

Le 9 novembre

spectacle avec le groupe Entre-nous « 14-18, ils ont chanté quand même »

De magnifiques textes sortis de l’oubli par Jean-Claude Duquenne

des chansons des comiques troupiers, des chansons écrites par des poilus bien émouvantes, d’autres patriotiques

…Et Verdun, la victorieuse,
Pousse un cri que portent là-bas
Les échos des bords de la Meuse,
Halte là ! on ne passe pas…

des chansons plus récentes : Jaurès de Jacques Brel, La guerre 14-18 de Brassens

 

Le 11 novembre cérémonie officielle au monument aux morts

avec la présence d’élèves, lecture des noms des 30 morts de 1914

La cérémonie se poursuit à la salle du conseil avec

la remise solennelle de la plaque d’identité du soldat Emile Soliveau à ses descendants: ses arrières-petites nièces et arrières petites-filles petite-fille d’Edouard Soliveau

Rappelons-nous que Léon Soliveau a été tué le 11 novembre 1914 à 8 h il y a 100ans

 

Le 15 novembre 2014 a été programmé au Théâtre Perché un spectacle « Vivre dans la Grande Guerre » avec Aldo Magno, Danièle Latroy-Fuster, Serge Latroy. (à partir de textes confiés par M. Mauny et Mme Grodet)

réservations au 0386430336/ entrée 14 €

 

Publicités