Le château en 1908. chateau N 1908

La grille porte encore l’initiale N.

Le château a été vendu à la mort de Joséphine Normand, en 1905. Après 2 autres ventes, il devient en 1911, la propriété de Théodore Viette  (réf. cahier Shcb n°1); il est permis de penser qu’il a fait placer le V que nous voyons aujourd’hui.

La belle grille a été commandée en 1869 – un an après l’acquisition du château par la famille Normand – à l’entreprise de serrurerie parisienne de Henri Roussel ; l’architecte était M. Profilet (recherche Frère Jean-Marie Goutierre).

La lecture de Pierre Bridier est quelquefois mal interprétée: les Prussiens qui occupaient le château, se sont cachés le 25 janvier 1871, jour de l’attaque, derrière le mur qui supporte la grille. (réf. cahier Shcb n°3). Elle était posée.

« L’ostel des archevêques de Sens » (il n’a jamais été appelé « château Saint Loup ») est dit en mauvais état au début du XVè siècle ; il est reconstruit « à grands frais » par le cardinal Louis de Bourbon Vendôme en 1536 (début de la  Renaissance)

Rappelons que les possessions de Saint-Loup sont devenues propriétés de l’archevêché à sa mort au début du VIIè siècle et que nous ne savons rien de l’aspect de la demeure du riche prélat ; pas plus qu’il n’ existe de descriptions de « l’ostel » jusqu’au XVè siècle. Le terme « baronnie » a aussi été employé à tort pour la ville de Brienon, puisque les terres ont été propriété de l’archevêché jusqu’à la Révolution.

La description la plus ancienne est celle d’Etienne Meunier dans « l’Echo de Joigny n°60 »; il dresse un dessin des constructions en 1584.

Le premier propriétaire à avoir transformé le château est, d’après Pierre Bridier, M. Couturat fermier de Crécy qui le possédera 10 ans. Il sera ensuite 30 ans dans la famille Vérollot (fils puis père)

et voici la photo, attendue en 2013, achetée en 2015le château de Brienon avant 69

la grille n’est pas posée; la maison ancienne à droite est à cette époque four communal.

Dans la liste des propriétaires du château il faut ajouter celui qui a cédé le bâtiment à la congrégation religieuse des soeurs Augustines, pour en faire la nouvelle école Jeanne d’Arc (en remplacement de celle qui était au 14 rue Victorien Sardou), Arsène Gigault grand-père de Viviane Perret née Vallet.

En 1928 les religieuses auraient d’abord loué le château avant d’en être propriétaires en 1932. Les souvenirs de la famille Vallet révèlent que le château acquis par Arsène Gigault (à l’état civil Arsène Benoni Gigault) directeur de la sucrerie, a été donné « pour l’établissement d’un collège privé » (la famille ne conservant que la maison bourgeoise du 9 Grande Rue). Son souvenir comme « bienfaiteur » était noté à l’intérieur de l’école privée.

La SHCB a trouvé une photo du château vu du parc signée Clémie: est-ce le diminutif de Elisabeth Clément épouse de Arsène Gigault? Le couple a été le dernier propriétaire privé du château.

Au début du XXIè siècle la manécanterie des Petits chanteurs à la croix de bois s’y est installée deux ans, adaptant le bâtiment pour l’accueil du groupe. En 2016 c’est la société AVL qui le rachète, pour  y  accueillir des camps de vacances.

 

Quelques mots de l’histoire du château de Brienon (mis à jour en avril 2017)

Publicités