11 novembre 2012, documents sur la Grande Guerre

125 fiches extraites du site « Mémoires des hommes » du service des armées seront à consulter au rez-de-chaussée du bâtiment mairie, celles de tous les morts de la guerre de 14, cités à Brienon

Le lieu du décès y est noté; la date de la mort et celle souvent tardive de la transcription dans la commune!

Certains noms resteront encore dans le flou: pourquoi est-il cité à Brienon? cet homme y travaillait-il? où?

Beaucoup de morts dans la commune dès août 1914!

Trois, le même jour au même endroit (ils étaient dans le même bataillon).

Le 8 septembre 1914 le premier  mort est annoncé: Henri Berthelin,dans sa 21è année, tué le 22 août à Ville-Houdlemont, inhumé à Cussigny. Charles Carrey était mort le 13 août; sa mort sera transcrite à Brienon seulement en 1917; le 20 août décédait Germain Damiens (sa mort sera transcrite 2 ans plus tard), le 25 août c’est le tour de Philippe Moreau fils d’Emile Moreau.

Des Brienonnais se sont retrouvés dans la même bataille: Léon et Alexandre Soliveau à Saint-Laurent (régiments différents). – Léon décède le 11novembre 1914 à 8h

Qui saura dire si Albert et Georges Robelin, Emile et Ernest Pétureau étaient frères?

liste MPLF 14-18

(base de données créée dans un fichier Excel)

Documents exposés avec quelques livres de la bibliothèque ancienne , parus pendant la guerre

ouverture: tous les jours du 11 au 18 novembre inclus aux heures d’ouverture de la maison du tourisme.

Le 11 novembre matin et après-midi pendant le spectacle « Le vent des peupliers » au théâtre perché. (  Pièce dont le thème est : des anciens combattants rêvent de s’échapper de leur maison de retraite…mise en scène de Michel Cremades- samedi soir et dimanche après-midi)

et le 18 toute la journée, pendant la foire.

Des tombes familiales porte le souvenir d’un disparu:

En 1922 est érigé un monument aux morts de la guerre qui deviendra le monument à tous les soldats tombés pour la France, une construction très originale, à une époque où les monuments commémoratifs ont été faits en grand nombre. A Brienon le registre des délibérations inscrit Emile Moreau comme étant le relai de la commune auprès du statuaire parisien Cladel. Emile Moreau avait conservé des liens avec la capitale (la mort de son fils âgé de 30 ans, chef d’orchestre, est transcrite à Paris); nous pouvons penser qu’il a pris part au choix de la sculpture et à l’aspect d’ensemble du monument, étant  dessinateur de formation.

En 1924 une belle grille est prévue autour de la construction.

Publicités